Le cercle de Farthing

Titre : Le cercle de Farthing

Saga : Subtil changement, tome 1

Auteur : Jo Walton

Editeur : Denoël

Genre : Policier – Science-fiction

Résumé : Huit ans après que «la paix dans l’honneur» a été signée entre l’Angleterre et l’Allemagne, les membres du groupe de Farthing, à l’origine de l’éviction de Churchill et du traité qui a suivi, fin 1941, se réunissent au domaine Eversley pour le week-end. Bien qu’elle se soit mariée avec un Juif, ce qui lui vaut d’habitude d’être tenue à l’écart, Lucy Kahn, née Eversley, fait partie des invités. Les festivités sont vite interrompues par le meurtre de Sir James Thirkie, le principal artisan de la paix avec Adolf Hitler. Sur son cadavre a été laissée en évidence l’étoile jaune de David Kahn. Un meurtre a eu lieu à Farthing et un coupable tout désigné se trouvait sur les lieux du crime. Convaincue de l’innocence de son mari, Lucy trouvera dans le policier chargé de l’enquête, Peter Antony Carmichael, un allié. Mais pourront-ils ensemble infléchir la trajectoire d’un Empire britannique près de verser dans la folie et la haine?


 

…oooOOOooo…

 

Alors que je flânais à la médiathèque, j’ai tout de suite été intriguée par le résumé de ce roman. J’aime les uchronies, et même si le postulat « et si les nazis avaient gagné la seconde guerre mondiale ? » est le plus fréquemment utilisé, je suis toujours curieuse de voir comment l’idée est exploitée.

L’action se déroule en Angleterre à la fin des années 40, dans un univers où les Anglais, ayant démis Churchill du pouvoir, ont signé la paix avec Hitler en 1941. On se trouve donc dans un monde où le bloc européen est dominé par les Nazis, et une Angleterre toujours sous une monarchie parlementaire, avec dans le paysage politique le « cercle de Farthing« , regroupant des politiciens, plutôt aristocratiques, ayant signé cette fameuse paix avec Hitler.

Ça va ? Je ne vous ai pas perdu ? Rassurez-vous, cet aspect politique un peu dense est peu mis en avant au début du roman, et s’installe petit à petit.

On commence l’histoire avec le point de vue, à la première personne du singulier, de Lucy Kahn, fille du couple Eversley, membre du cercle de Farthing. En contradiction avec les idées conservatrices et antisémites de ses parents, elle a épousé par amour David Kahn, un banquier juif.

L’histoire débute alors que Lucy et son mari sont invités pour une réception dans la demeure des Eversley. Mais au petit matin, le corps sans vie de Sir James Thirkie est retrouvé dans sa chambre, baignant dans son sang, un poignard surmonté d’une étoile jaune plantée dans le corps. Tout pointe vers un complot juif.

Le second chapitre est du point de vue de l’inspecteur Carmichael, à la troisième personne du singulier, qui prend en charge l’enquête. Les chapitres alterneront ensuite les points de vue de ces deux personnages. Le changement de narration ne m’a pas dérangée ou perdue. Je m’y suis faite facilement.

Lors de son enquête, l’inspecteur Carmichael se rend compte qu’il y a beaucoup d’incohérences et que le coupable n’est probablement pas celui qu’on cherche à faire accuser. Il est déterminé à découvrir la vérité avant qu’un bouc-émissaire, à savoir David Kahn, ne soit mis derrière les barreaux.

Lucy de son côté, mène sa petite enquête en interne et va réaliser l’antisémitisme latent qui existe aussi en Angleterre. J’ai eu un peu peur avec ce personnage quand j’ai commencé ma lecture. Ses pensées partaient dans tous les sens, ce qui n’est pas forcément judicieux pour un premier chapitre. Mais ce défaut est très rapidement corrigé, et j’ai aimé découvrir le point de vue de Lucy sur toute cette histoire.

Au fil des pages, une atmosphère sombre et angoissante se met en place. On assiste aux mécanismes qui font basculer une démocratie vers un système totalitaire. On se rend compte à quel point c’est insidieux. Ça fait froid dans le dos !

Et on ne peut pas vraiment dire que l’histoire se termine bien. Mais comme c’est un premier tome, j’ose espérer que la fin de la trilogie est plus optimiste.

Différents thèmes sont traités ayant en commun l’intolérance : Antisémitisme, homophobie, manipulation de l’opinion… C’est un récit très riche, abordant de nombreux sujets, mais de manière fluide, distillés avec soin par l’auteur.

J’ai beaucoup apprécié ma lecture, et si de tels thèmes ne vous repoussent pas, je vous conseille vraiment de découvrir ce roman.

Pour ma part, je vais m’empresser d’emprunter le tome 2.

 

A propos Edorra 83 Articles
J'ai grandi entourée de livres, films et séries TV. J'adore découvrir de nouveaux univers, de nouveaux personnages et de nouvelles histoires. J'aime aussi en créer par l'écrit. J'ai un grand faible pour les sagas, qu'elles soient fantasy, fantastiques, SF ou historiques.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*